Une petite leçon de choses

Rédigé le 19/05/2021
MAP - Khalil Hachimi Idrissi


Rabat - Ce qui est affligeant dans la crise maroco-espagnole, c'est que les Espagnols font, maladroitement, semblant d’être les victimes d’une situation de crise dont ils ne seraient pas responsables. Ridicule !

Ils reçoivent, pour des raisons humanitaires disent-ils, un criminel de guerre — Brahim Ghali chef d’un Polisario en guerre contre le Maroc — qui agit pour le compte de l’Algérie pour attaquer l’intégrité territoriale du Maroc, et qui plus est demandé par leurs propres juridictions. C’est quand même exceptionnel.

Avec la complicité de l’Algérie, on fait venir le criminel de guerre en question avec un vrai-faux passeport algérien au nom de Mohamed Ben Batouche, on l’installe à l’hôpital de Logroño et on espère que le secret sera bien gardé, surtout vis-à-vis des Marocains. C’est d’une naïveté confondante.

Nos amis espagnols doivent, au moins, nous expliquer l’intelligence de cette stratégie. Son bien-fondé géopolitique. Sa subtilité diplomatique. Sa quintessence en termes de partenariat, d’amitié et d’intérêts bien compris.

Puisque nous en sommes à calculer les intérêts qui poussent les uns et les autres à agir d’une manière froide, - une vraie trahison pour ce qui nous concerne - les contrats espagnols de gaz avec un régime militaire algérien finissant valent-ils le coup pour déstabiliser durablement l’Ouest de la Méditerranée et de jeter cette région dans un inconnu explosif ? La quantité - comme disent nos amis ibériques - des relations sécuritaires entre le Maroc et l’Espagne est-elle si insignifiante pour passer par pertes et profits et être mise au second plan pour accueillir Mohamed Ben Batouche ? Il faut trouver le stratège émérite qui a accouché de cette idée pour lui remettre la médaille de l’idiot utile de l’année. C’est consternant.

Passons aux travaux pratiques ! Nous sommes censés être les gendarmes zélés de la migration clandestine, les partenaires loyaux dans la lutte anti-terroriste, les partenaires économiques enthousiastes qui ont, volontairement, mis en 20 ans l’Espagne à la tête de nos clients-fournisseurs, les voisins attentifs et compréhensibles à un fait colonial incongru au 21éme siècle, suranné qui excite les factions les plus arriérées de l’extrême droite à l’extrême gauche espagnoles.

Mais qu’attendent-ils du Maroc ? D’être un Etat sans charisme, sans légitimité, sans intérêts, sans fierté nationale ou sans histoire. Dire oui à Madrid et ses coups de mentons ridicules, dire oui à Bruxelles et ses subsides, dire oui à Berlin et à son complexe néocolonial avorté et puis quoi encore ?

Il y a, manifestement, une erreur sur toute la ligne. Le temps de la clarification est venu surtout après la reconnaissance par les USA de la souveraineté pleine et entière du Maroc sur son Sahara. Qu’allez-vous faire ?

Vous aligner sur les USA et donner une chance à la paix dans cette région ? Ou continuer à grenouiller en jouant les uns contre les autres en maintenant le Maghreb — votre pire cauchemar s’il est uni — dans la servilité, la division stérile et les antagonismes factices. Allez-vous soutenir la solution d’autonomie sous souveraineté marocaine comme vous le laissez parfois croire tellement l’idée de la création d’un 6ème « fail-state » dans la région sous domination algérienne vous semble irresponsable ? Qu’allez vous faire, dites-nous ?

La nouvelle réalité géopolitique impose soit une reformulation, responsable et pragmatique, des alliances et des rapports stratégiques avec nos partenaires traditionnels ou, carrément, les errements espagnols poussant vers cela, changer de partenaires et construire de nouvelles alliances plus loyales, plus crédibles, moins mâtinées de mépris colonial du 19ème siècle, et, surtout moins hypocrites.

La terre de Dieu est vaste. Et l’Europe se meurt. Ni cohésion économique et financière. Ni capacité de protéger réellement ses frontières, ni à l’Est ni à l’Ouest. Ni armée susceptible de relever un défi ou imposer des valeurs. Un élargissement calamiteux qui a tué le rêve des pères fondateurs. Des Etats membres sous perfusion d’euros sans aucune conscience de destin partagé. Et des rodomontades puériles en direction de pays tiers. Votre charme est rompu. 

Cette Europe-là défend solidairement, au détriment de ses valeurs fondatrices, la présence illégale d’un criminel de guerre, recherché par la justice en Espagne et fait fi des cas humanitaires de millions de migrants en mouvement pour leur survie ! De quelle farine cet humanisme est fait ?

Oui, la terre de Dieu est vaste et si notre face à face avec cette Europe déboussolée, affaiblit, gavée de ses euros et perdue dans le siècle sans valeurs partagées et sans modèle gratifiant ne fait plus notre affaire, pourquoi alors insister à vive ensemble.

Il serait suicidaire pour nous de continuer à faire un bout de chemin avec des gens qui ne sont pas loyaux, qui sont hypocrites, menteurs, qui te plantent un couteau dans le dos à la première occasion, qui sont incapables de construire une alliance stratégique équilibrée, fondée sur des intérêts bien compris. Il n’y a rien à faire. Il apparait maintenant que cette voie est bouchée.

L’affaire de Sebta est un retour du réel dans une relation fantasmée. C’est l’intrusion du réel quotidien dans une construction intellectuelle sordide et fausse. Les dirigeants actuels de Madrid dans leur incompétence avérée — détruire la relation marco-espagnole pour Mohamed Ben Batouche ! — ont oublié les paramètres fondamentaux qui structurent durablement la relation de voisinage Maroc-Espagne. Le rappel de Sebta ne leur fait pas de mal. Ils devraient revenir rapidement à la realpolitik et sortir des égarements «Batouchiens» qui ont ridiculisé l’exécutif, humilié le judiciaire et plongé dans la prosternation le législatif. Des gouvernements d’honneur, par le passé, ont démissionné pour moins que cela. Mais là, c’est le règne de l’amateurisme, le temps de l’honneur est révolu. 

La mise en abime est parfaite quand les Espagnols parlent de l’intégrité territoriale de l’Espagne quand il s’agit de Sebta. Leurs trémolos dans la voix sont touchants. Et la fibre patriotarde confondante. Même les plus démocrates s’y mettent pour défendre une réalité coloniale caricaturale. Mais passons ! Quid de l’intégrité territoriale du Royaume et de sa souveraineté sur ses provinces du Sud ? Non ! Pas de parallélisme en vue, pas de similitudes, pas de convergence ou pas de rapprochement d’idées. La schizophrénie est totale. Ce qui vaut pour l’un, ne vaut pas pour l’autre.

Les conséquences de cette crise politique et diplomatique majeure seront, sans doute, multiples et calamiteuses. Non seulement elles annulent de fait 15 ans de progrès, à deux, pour construire un partenariat bilatéral solide mais elle va ouvrir la boite de Pandore avec tous ses vieux démons, ses vielles amertumes et ses vieilles rancœurs. La joie actuelle — infantile et contreproductive — des partis d’extrême droite en Espagne est le meilleur témoignage que le pauvre gouvernement de Pedro Sanchez fonce droit dans le mur en klaxonnant.