Algérie: une ONG dénonce une "escalade de la répression" avant les législatives

Rédigé le 25/05/2021
AFP


Alger - Une ONG algérienne de défense des droits humains a dénoncé lundi "l'escalade de la répression" dans le pays en pleine campagne électorale pour les législatives de juin, rejetées par le mouvement de contestation Hirak.

"Par le recours à l'escalade de la répression, qui touche le Hirak pacifique (...), le pouvoir montre l'échec de sa feuille de route politique et son incapacité à offrir une solution à la crise qui secoue le pays", a déclaré par téléphone à l'AFP Saïd Salhi, vice-président de la ligue algérienne de défense des droits de l'Homme (LADDH).

Selon lui, 62 personnes ont été placées en garde à vue vendredi dans sept wilayas (préfectures), dans le cadre de marches ou tentatives de marches. Parmi elles, neuf manifestants ont été condamnés par un tribunal de Skikda (nord-est) à un an de prison ferme, 24 ont été placés en garde-à-vue par différents tribunaux et les autres attendent de connaître leur sort après la prolongation de leur garde-à-vue ou sont dans l'attente de leur jugement.

"Les élections législatives ont déjà perdu toute crédibilité et légitimité du fait qu'elles se déroulent sur fond de fermeture du champ démocratique et médiatique, le verrouillage de l'espace public et l'étouffement de la parole libre", a ajouté M. Salhi.

Selon ce dirigeant de la LADDH, l'Algérie vit "une dérive autoritaire inquiétante" et "les acquis démocratiques arrachés avant même la chute de (Abdelaziz) Bouteflika (président déchu en avril 2019, NDLR) sont menacés".

A l'approche des législatives, le ministère de l'Intérieur a décidé le 9 mai d'obliger les organisateurs des marches du Hirak à "déclarer" au préalable les manifestations auprès des autorités, ce qui revient de facto à les interdire. Depuis, les marches ont été empêchées à Alger et les arrestations ont augmenté.

Né en février 2019 du rejet d'un cinquième mandat du président Bouteflika, le Hirak réclame un changement radical du "système" politique en place depuis l'indépendance en 1962. De son côté, le pouvoir affirme avoir déjà répondu aux principales revendications des contestataires "dans des délais record" et qualifie les militants du Hirak de "magma contre-révolutionnaire".