La célébration de la journée de l'Afrique au Maroc revêt d'un "sens particulier" (CGLU)

Rédigé le 26/05/2021
MAP


Rabat - La célébration de la journée de l'Afrique au Maroc revêt un "sens particulier", a indiqué, mardi à Rabat, le Secrétaire général des Cités et Gouvernements locaux unis d'Afrique (CGLU) Jean Pierre Elong Mbassi, mettant en avant le rôle du Royaume dans la promotion de la culture africaine.

"La profondeur culturelle du Maroc n'a pas de comparaison", a-t-il déclaré à la MAP à l’occasion de la journée de l’Afrique, soulignant que le Royaume se démarque par des caractéristiques singulières qui font de ce pays un "lieu de synthèse et de rendez-vous important".

M. Elong Mbassi a, en outre, mis l’accent sur la place du Maroc dans la promotion de la culture africaine en évoquant le discours de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, prononcé devant le 28è sommet de l’Union africaine (UA) à Addis-Abeba, outre la désignation de la ville de Rabat comme première capitale africaine de la culture pour la période 2020-2021.

Il a, par ailleurs, estimé que les jeunes doivent retrouver leur “fierté” d’être africains, en embrassant leur culture, la respecter et la revendiquer, appelant à un “nouveau regard” sur l'Afrique, un regard qui appréhende le continent comme un “horizon de développement”.

Pour l'ambassadeur du Cameroun et Doyen du groupe des ambassadeurs africains au Maroc, Mouhamadou Youssifou, la célébration de la journée de l'Afrique, qui coïncide aujourd'hui avec la 58é édition, est un devoir de mémoire envers la jeunesse africaine.

Cette commémoration est un rappel du combat que les pères fondateurs des États africains ont mené afin de libérer le continent du joug de la colonisation et c'est également un moment de réflexion pour l'avenir et le devenir du continent, a-t-il indiqué dans une déclaration similaire.

La richesse africaine "se hisse" dans ses cultures, ses populations et ses civilisations diverses, a signalé M. Youssifou, appelant la jeunesse à enraciner et promouvoir la culture de l'Afrique "avant de prétendre à une ouverture sur le monde".

S'agissant de la promotion culturelle en ces temps de pandémie, l'ambassadeur du Cameroun au Maroc a relevé qu'un accompagnement est nécessaire pour créer des conditions pérennes, "car l'industrie culturelle est un vivier d'emploi et une forme d'expression pour la jeunesse".

De son côté, le président de l'Université Mohammed V, Mohamed Rhachi, a indiqué que le choix du thème de cette journée : "l’économie culturelle et créative : levier de développement durable en Afrique", s’aligne parfaitement avec les Hautes orientations Royales, pour lesquelles "l'Afrique peut être fière de ses ressources, de son patrimoine culturel, de ses valeurs spirituelles et l’avenir doit porter haut et fort cette fierté naturelle !".

L'adoption par l'Union africaine du thème "Arts, culture et patrimoine : un levier pour construire l'Afrique que nous voulons" reflète les priorités et les préoccupations de l'Afrique en cette année 2021, a-t-il expliqué, notant que ce slogan met en exergue une année riche de promesses pour l'économie créative.

A cette occasion, M. Rhachi a émis le souhait que son établissement contribue par les atouts qu'elle présente, notamment sur le plan culturel, sous ses diverses dimensions, ajoutant que cette université est forte de ses 90.000 étudiants dont près de 2.000 sont originaires des pays africains voisins et amis.

Organisé par l'Institut des Études Africaines relevant de l’Université Mohammed V de Rabat, en partenariat avec CGLU Afrique, la rencontre organisée à l’occasion de cette journée a traité de la place de l’économie culturelle et créative comme élément essentiel à la réalisation de "l’Afrique que nous voulons (Agenda 2063 de l’Union Africaine)".

Tenue sous format hybride (en présentiel au siège de l’Institut des Études Africaines de Rabat et en ligne), ce rendez-vous culturel a été rehaussé notamment par la présence de diplomates accrédités au Maroc, d'acteurs de l'industrie culturelle, de la société civile et des étudiants marocains et africains résidents au Maroc.