France: la colère des ressortissants algériens privés de retour au pays

Rédigé le 04/06/2021
AFP


Paris - "Je fais comment avec mon déménagement ?", "je suis dégoûté". Devant l'agence d'Air Algérie à Paris, des dizaines d'Algériens fulminent face au rideau fermé de la compagnie aérienne, qui a repris les liaisons Paris-Alger après 15 mois d'interruption mais reste impossible à joindre.

"Notre compagnie s'est vue contrainte de refermer son agence Opéra (dans le centre de la capitale, ndlr) jusqu'à nouvel ordre", indique une affichette placardée sur la porte de la boutique. Elle invite les clients à se replier sur un numéro de téléphone ou bien à se rendre sur le site d'Air Algérie où aucun vol Paris-Alger n'est à la vente.

Lundi, ils étaient des centaines à se presser devant l'agence pour obtenir un billet pour l'Algérie. La compagnie nationale venait d'annoncer le 24 mai la réouverture de sa liaison entre la France et l'Algérie, à raison de trois vols hebdomadaires.

L'agence de Paris, la seule du pays avec celle de Marseille (sud), a brièvement ouvert ses portes lundi matin, assure un témoin. Mais après avoir accueilli une trentaine de clients elle a aussitôt baissé le rideau.

"Il y a eu un grand engouement au niveau de nos agences, ce qui était prévisible puisque nos frontières sont fermées depuis 15 mois", reconnaît Amine Andaloussi, porte-parole d'Air Algérie, contacté par l'AFP.

"Pour des raisons sanitaires, on a préféré renvoyer notre clientèle vers le call center et notre site internet", a-t-il ajouté.

Kamel (prénom d'emprunt) habite à Francfort et a fait le déplacement spécialement jusqu'à Paris pour dénicher un billet. Cela fait sept ans qu'il n'a pas mis les pieds dans son pays.

 

 

"J'ai payé le voyage jusqu'ici, je paye l'hôtel, la nourriture et il n'y a aucune information", dit-il en colère. "Sur internet, ça disait que l'agence était ouverte, j'ai fait 500 km pour acheter ce billet", explique Kamel. Arrivé mercredi, il compte rester encore trois ou quatre jours avant d'abandonner et de repartir en Allemagne.

Son attente s'annonce vaine. L'ensemble des 6.420 billets disponibles pour le mois de juin ont été vendus "en quelques heures", affirme Amine Andaloussi. Pour l'instant, aucun autre billet n'est en vente, "on est sur une ouverture partielle", tient-il à préciser.

Kamel raconte que son père est mort il y a huit mois, sans qu'il puisse assister aux funérailles. "Je l'ai accepté parce qu'il y avait le coronavirus mais maintenant, c'est rouvert, donc il n'y a plus d'excuse", lâche-t-il, pestant contre l'incurie des institutions algériennes.

"Pourquoi ils ne font pas plus de vols ?", s'interroge Rachid, 35 ans, qui travaille à côté et passe de temps en temps pour voir si l'agence ouvre. "Allez voir Royal Air Maroc, c'est ouvert, aucun problème. Avec la Tunisie, le Maroc, il n'y a pas tout ça", s'indigne-t-il.

Devant l'agence de la compagnie algérienne, des bouteilles en plastique vide et des morceaux de carton éparpillés trahissent les heures passées par certains dans l'espoir que le rideau se lève.

Sur la vitrine, des feuilles de papier ont été scotchées pour permettre aux clients d'inscrire leurs noms et numéros de téléphone afin qu'Air Algérie les appelle, sans trop y croire.

Mustapha habite Saint-Denis, dans la proche banlieue parisienne, et vient tous les jours. Il raconte avoir vu des gens venir de Lille (Nord) ou de Suisse pour décrocher le sésame.

Le billet d'avion est affiché à 518 euros aller-retour, plus 253 euros pour cinq jours de confinement à l'hôtel une fois en Algérie et un test PCR à l'issue. Mais aucune information ne signale que plus aucun billet n'est disponible.