Bulletin quotidien d'informations économiques africaines

Rédigé le 17/06/2021
MAP


Dakar - Voici le bulletin d'informations économiques africaines pour la journée du jeudi 17 juin :

Rwanda-Economie-Croissance

Le produit intérieur brut (PIB) du Rwanda a enregistré une hausse de 3,5% au cours du premier trimestre de l'année 2021, par rapport à la même période une année auparavant, selon l'Institut national de la statistique du Rwanda (NISR).

Cette hausse du PIB a été principalement tirée par les secteurs manufacturier et industriel, indique un rapport du NISR, précisant qu’il s’agit de la première croissance positive enregistrée par l’économie rwandaise depuis le début de la pandémie de Covid-19.

Selon les chiffres communiqués par NISR, le PIB national a atteint 2.579 milliards de Rwf (1 Rwf = 0,001 USD) au premier trimestre de 2021, contre 2.410 milliards de Rwf au premier trimestre de 2020.

Ethiopie-Telecom

La compagnie éthiopienne «Ethio Telecom» vient d'élargir le service 4G LTE dans huit autres villes et villages d'Ethiopie.

«Nous sommes fiers de lancer le service 4G LTE dans les villes de la région du sud-ouest de Jimma, Agaro, Bedele, Bonga, Koysha, Metu, Mizan, Masha et Tepi», a indiqué la compagnie.

Cet élargissement porte à 53 le nombre de villes et villages couverts par le service 4G LTE, est-il précisé.

Kenya-importations

Au Kenya, les importations de pommes de terre réalisées en dehors des pays de la Communauté est-africaine (CEA) seront désormais frappées par des droits de douane de 30%. Selon les autorités kényanes, cette démarche devrait permettre de protéger les revenus des exploitants en limitant l’afflux de la marchandise à bas prix sur le marché domestique. 

Gabon-mines

Le nouveau mécanisme de détermination de la valeur imposable des exportations de manganèse était au centre d'une rencontre, tenue mercredi, à la direction des douanes gabonaises.

Dans le cadre de la mise en place du plan d’accélération de la transformation de l’économie gabonaise, le secteur minier a été identifié comme un levier de croissance, rapporte +Médias241+, notant qu’à ce titre, une commission a été mise en place afin de mener à bien le nouveau mécanisme de recouvrement des droits de sortie de minerais de manganèse.

Afrique du Sud-Transport-Aérien

Le gouvernement sud-africain a cédé sa participation majoritaire dans la compagnie aérienne publique en détresse "SAA" au profit d'un consortium sud-africain, a annoncé le ministre des Entreprises publiques, Pravin Gordhan.

"Le gouvernement a convenu que la SAA appartiendra désormais à un partenariat entre l'Etat avec 49% et un partenaire stratégique représenté par le Consortium Tatsako qui détiendra 51% de la compagnie", a déclaré M. Gordhan lors d'un point de presse.

Il a ajouté que l'objectif essentiel du département est de "mettre en place une compagnie aérienne viable et compétitive et, une fois lancée, assurer qu'elle ne dépend plus du budget de l’État pour son renflouement".

La SAA a été placée depuis décembre 2019 sous un plan de sauvetage pour éviter sa faillite. Mais ses problèmes financiers de longue date se sont aggravés pendant la pandémie de la Covid-19, ce qui l'a obligée à suspendre toutes ses opérations dès septembre 2020.

Au cours des dernières années, le gouvernement a injecté plus de 1,3 milliard de dollars (20 milliards de Rands) en renflouements à la SAA qui a subi des pertes de plus de 2,2 milliards de dollars (32 milliards de rands) au fil des ans.

Zimbabwe-Industrie-Production

Une enquête menée par la Confédération des industries du Zimbabwe (CZI), le plus grand organisme représentatif des fabricants du pays, a révélé que l'utilisation des capacités de production est passée à 47%, soit un gain de 11 points de pourcentage par rapport à 36,4% enregistré l'année précédente.

Cette amélioration de l'utilisation des capacités a été réalisée pendant une période où les entreprises ont perdu 40% de leurs revenus en raison du confinement et des défis de Covid-19, ajoute CZI.

Notant que ces résultats sont dus à l'amélioration de la disponibilité des devises étrangères et l'augmentation des ventes, la confédération relève, en revanche qu'au moins 14% des entreprises ont dû réduire leurs effectifs en raison de la pandémie.