Bulletin quotidien d'informations économiques africaines

Rédigé le 18/06/2021
MAP


Dakar - Voici le bulletin d'informations économiques africaines pour la journée du vendredi 18 juin :

Bénin-agriculture

Le gouvernement béninois compte procéder au contrôler des exportations massives de sa production agricole vers les pays voisins pour éviter la hausse des prix sur les marchés locaux.

"Bien que ce commerce profite à certains de nos agriculteurs, il y a lieu d'assurer la régulation des flux afin de maintenir les grands équilibres", a indiqué le gouvernement.

Selon les ministères de l'Agriculture, de l'Elevage et de la Pêche et de l'Industrie et du Commerce, la flambée des prix des produits agricoles découle non seulement de la faible pluviométrie observée depuis la dernière campagne agricole, mais aussi de l'exportation massive de la production vers les pays voisins.

Ouganda-RDC-routes

Le président ougandais Yoweri Museveni et son homologue congolais Félix Tshisekedi ont procédé mercredi 16 juin à la pose de la première pierre des travaux d'un important réseau routier censé booster les échanges économiques entre les deux pays.

C’est le poste frontalier de Mpondwe/Kasindi qui a servi de point de rencontre pour la matérialisation de ce vaste chantier qui couvrira 223 km de routes à réhabiliter ou à construire entre l’Ouganda et la République démocratique du Congo (RDC).

Le projet comprend trois principaux axes : Mpondwe/Kasindi-Beni (80 km) ; Bunagana-Rutshuru-Goma (89 km) et Beni-Butembo (54 km).

Kenya-euro-obligations

Le gouvernement Kényan entend lever 1 milliard de dollars (108 milliards de shillings) d'euro-obligations lors de sa quatrième vente de dette, a annoncé le ministre des Finances, Ukur Yatani qui a attribué cette nouvelle souscription à la forte confiance des investisseurs mondiaux dans l'économie du Kenya et les perspectives économiques à moyen terme.

"Les mesures prises pour atténuer les effets de la pandémie sur l'économie ont été bien accueillies par les investisseurs", a déclaré l'argentier du Kenya lors d'une conférence, jeudi à Nairobi.

Djibouti-BM

Djibouti va bénéficier d'un programme financé par la Banque mondiale pour la scolarisation de quelque 35.000 enfants issus de populations vulnérables.

Ce programme, réalisé en collaboration avec la fondation qatarie Education avant tout (EAA), « vise à soutenir les efforts du gouvernement djiboutien pour l'accès à une éducation de qualité pour des enfants issus de populations vulnérables, notamment les réfugiés, les personnes à besoins spéciaux et les communautés rurales », selon un communiqué de l’institution.

Ethiopie-Logistique-Numérique

L’Ethiopie a exprimé sa volonté de moderniser son secteur des transports en procédant à la numérisation et de la logistique.

Une étude, intitulée « Evaluation des lacunes de la numérisation de la logistique en Ethiopie », vient d’être validée dans ce sens lors d’une réunion mercredi entre des responsables de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA-ONU) avec des représentants du ministère éthiopien des transports et d’autres parties.

Cette étude a bénéficié du soutien de la CEA-ONU à travers une assistance technique et des services consultatifs au ministère éthiopien des transports, souligne la Commission onusienne. 

Zambie-Dette

La Zambie démontrera encore plus l'engagement du gouvernement à rester transparent et à travailler en étroite collaboration avec tous les créanciers alors que le pays progresse vers le rétablissement de la viabilité de la dette publique, a déclaré le Secrétaire permanent du Budget et des Affaires économiques au ministère des Finances, Emmanuel Pamu.

La Zambie est devenue le premier pays africain à être en défaut de paiement à cause des répercussions économiques de la pandémie. Ce pays d'Afrique australe riche en cuivre a manqué une échéance de paiement d'un montant de 42,5 millions de dollars sur l'une de ses euro-obligations.

Le pays, qui a vu sa dette extérieure grimper à près de 12 milliards de dollars en 2020, a demandé en décembre un financement du FMI pour financer ses efforts de réforme.

Angola-Italie-Echanges

Les échanges commerciaux entre l'Angola et l'Italie ont atteint en 2019 plus de 800 millions de dollars, a révélé l'Agence pour l'Investissement privé et la promotion des Exportations (AIPEX).

Durant cette période, l'Angola a exporté vers l'Italie 500 millions de dollars et en a importé plus de 300 millions de dollars, précise-t-on.

L'Italie est partenaire de l'Angola depuis 1992. La coopération entre les deux pays a permis la mise en œuvre d'environ 40 projets dans les secteurs de l’immobilier, l’industrie manufacturière et extractive, les services, la construction et le transport, entre autres.