Bulletin économie du Maghreb

Rédigé le 18/06/2021
MAP


Tunis - Des rencontres d'affaires virtuelles France-Tunisie 2021 seront organisées le 24 juin par "Business France".

Selon l'ambassade de France à Tunis, l'objectif de ces rencontres, ouvertes à toutes les entreprises françaises et tunisiennes, est "de partager les expériences, la vision de sortie de crise et permettre aux PME des deux pays de se rencontrer lors de rendez-vous B2B ".

Au programme de ce évènement figurent des témoignages d'entrepreneurs sur leur expérience autour des thèmes portant sur "Tunisie porte d’entrée vers l’Afrique", "transformation digitale & hub de talents", "chaînes de valeur industrielles & transition énergétique", "santé & agro-industrie - facteurs de résilience" et "financement des projets et de l’activité".

Il y aura également, des rendez-vous professionnels sécurisés et pré-qualifiés avec les experts et les sociétés des deux pays, sur la plateforme de Matching de Business France.

Cette action est organisée en partenariat avec l'UIB, Mazars et Bpifrance, FIPA, la CONECT et la CPME, les réseaux ENTREPRENDRE et ANIMA, la CTFCI, les CCE et de nombreuses entreprises acceptant de témoigner, pour contribuer à renforcer une reprise vigoureuse post-covid entre les deux rives de la Méditerranée.

-. Une délégation du groupe commercial norvégien "SeaFood" effectuera une visite à Tunis au cours de la première moitié du mois de septembre 2021, dans le but d'examiner les opportunités de partenariat dans le secteur de l'aquaculture, a annoncé mercredi, dans un communiqué, l'Agence de Promotion des Investissements Agricoles (APIA).

L'APIA a pris part à une rencontre virtuelle organisée à l'initiative de l'Ambassade de Tunisie à Oslo sur le renforcement de la coopération tuniso-norvégienne dans le domaine de l'aquaculture.

Au cours de cette rencontre, les experts de l'APIA ont présenté un aperçu sur le climat des investissements en Tunisie et les avantages financiers et fiscaux accordés dans ce domaine, soulignant leur appui aux projets aquacoles, les premiers du genre en Afrique du Nord et dans le bassin méditerranéen. Les deux parties ont convenu que le programme de la visite de la délégation suédoise comportera des déplacements aux sites de production aquacole, sans omettre la tenue des rencontres avec les différentes structures techniques spécialisées dans ce domaine.

Il convient de rappeler que la production de la pêche et de l'aquaculture en Tunisie s'est Xstabilisée au cours du premier trimestre de l'année 2021, aux alentours de 24,8 mille tonnes contre 24, 9 mille tonnes durant la même période de l'année dernière, selon l'Observatoire National de l'Agriculture. En revanche, la production aquacole a baissé de 22%, passant de 4,1 mille tonnes en 2020 à 3,2 mille tonnes en 2021.

-. Alger, Dans une note publiée lundi dernier, sur l'impact de la pandémie de Covid-19 sur la situation économique de l’Algérie, la Banque mondiale a estimé que, bien que l’industrie des hydrocarbures devrait rebondir en 2021, "l’activité dans le reste de l’économie mettra du temps à se redresser".

Selon la BM, la pandémie a déprimé l’économie algérienne en 2020.

"On estime que la croissance du PIB réel s’est contractée de 5,5% en raison de mesures de verrouillage strictes pour contenir le COVID-19 et d’une baisse simultanée de la production d’hydrocarbures, la production pétrolière tombant en dessous du quota OPEP de l’Algérie", lit-on dans la note de la BM.

La même source souligne que les secteurs à forte intensité de main-d’œuvre, tels que les services et la construction, largement concentrés dans l’économie informelle, ont été profondément touchés, entraînant la perte temporaire ou permanente de nombreux emplois.

La Banque affirme que parallèlement, "la chute temporaire des prix du pétrole, conjuguée à la baisse des volumes d’exportation, a provoqué une chute brutale des recettes d’exportation d’hydrocarbures".

En ce qui concerne les réserves de change, la Banque mondiale a souligné que les réserves internationales ont chuté à 46,9 milliards de dollars à la fin de 2020 (une baisse de -24 % en glissement annuel), soit environ 12,8 mois d’importations.

La note indique que l’industrie des hydrocarbures, qui représentait 20 % du PIB, 41 % des recettes fiscales et 94 % des recettes d’exportation en 2019, connaît un déclin structurel.

Elle recommande que l’Algérie, à l’instar d’autres pays exportateurs de pétrole de la région MENA, "devra s’orienter vers une économie plus diversifiée pour améliorer les perspectives d’emploi dans le pays, qui sont cruciales compte tenu de son jeune profil démographique".

-. Nouakchott, La directrice générale de l'Agence de Promotion des Investissements en Mauritanie (APIM), Mme Aïssata Lam, a rencontré, mercredi, le vice-président de "Total Eren West Afrique" et Conseiller en Développement des Affaires de "Winch Energy", M. Christophe Fleurence.

Au cours de la rencontre, le vice-président a exprimé l’intérêt de "Total Eren", producteur Indépendant d’électricité (IPP), à investir en Mauritanie dans le domaine des énergies renouvelables, notamment le solaire et l’éolien.

Il a précisé dans ce cadre, que son entreprise souhaite se lancer dans divers projets et s’apprête à débloquer des fonds pour investir dans des projets prometteurs pour le développement économique de la Mauritanie, en particulier dans le solaire, l’énergie ainsi que dans l’électrification rural.

M. Christophe Fleurence a également sollicité un partenariat avec la Société mauritanienne de l'électricité pour la fourniture d’énergie au secteur privé.