Revue de presse quotidienne internationale africaine

Rédigé le 25/06/2021
MAP


Dakar - Plusieurs sujets d'actualité font la Une de la presse africaine qui aborde notamment, dans son édition de vendredi, la polémique autour du projet de loi modifiant le code pénal au Sénégal, la frappe aérienne contre le front de libération du peuple du Tiray (TPLF) en Ethiopie, et la troisième vague de la Covid-19 en Afrique du Sud. Au Sénégal, la polémique autour des projets de loi modifiant le code pénal et le code de procédure pénale fait la Une de la presse locale.

Les députés examinent, vendredi en séance plénière, le projet de loi modifiant la loi de 1965 portant Code pénal, informe +Le Soleil+, notant que selon l’exposé des motifs, cette réforme vise à définir une nouvelle politique de recouvrement des avoirs criminels. Elle porte également sur le financement du terrorisme, la piraterie maritime, entre autres.

« L’Etat corses les peines », titre +L’As+. Convaincu que le chef de l’Etat cherche à museler l’opposition à travers cet acte, le Mouvement pour la défense de la démocratie (M2D) appelle à la résistance, écrit la publication.

« Opposition et majorité à couteaux tirés », écrit +Sud Quotidien+, faisant état d’un point de presse tenu jeudi par les députés membres de l’opposition et au cours duquel ils ont accusé le président Macky Sall de chercher à travers cette modification à assimiler l’exercice du droit de manifester à du terrorisme.

« Vers un vendredi de confrontation », titre +Libération+ au sujet des manifestations prévues devant l’Assemblée nationale.

« C’est une résistance pacifique, mais « à tout prix », que le Mouvement pour la défense de la démocratie (M2D) et l’opposition parlementaire appellent les Sénégalais pour contrecarrer le vote des projets de loi modifiant le code pénal et le code de procédure pénale, écrit pour sa part +L’Observateur+.

En Ethiopie, +THE ETHIOPIAN HERALD+ revient sur la frappe aérienne qui a visé des troupes loyales à l'ancien front de libération du peuple du Tiray (TPLF) dans la localité de Togoga dans cet Etat régional en relevant qu’aucun civil n’a été touché lors de ce raid de l’armée de l’air éthiopienne.

«Les Forces de défense nationale éthiopiennes (armée fédérale) ont annoncé avoir mené avec succès une frappe aérienne ciblant les terroristes résiduels du TPLF qui se sont réunis dans la localité de Togoga dans l'Etat régional du Tigray en Ethiopie», souligne le journal.

Après avoir reçu des renseignements précis et s'être assuré de l'absence de civils, l’armée de l’air a mené cette frappe contre « les groupes terroristes », ajoute le journal.

De son côté, +FANA BC+ rapporte que les élections auront lieu au Tigray, dès le retour à la normale dans cet Etat régional.

Le média cite dans ce sens le porte-parole du ministère éthiopien des Affaires étrangères.

Au Kenya, "Kenyans.co" rapporte que les députés ont rejeté les nouvelles taxes fiscales proposées dans le budget 2021-2022 présenté par le ministre des Finances Ukur Yatani.

Dans un article sous le titre ""Le Trésor en crise après le rejet par les députés des nouvelles taxes", le journal souligne que les députés ont rejeté le plan du ministre des Finances visant à taxer le pain, la farine et les achats de motos. Ils ont en outre rejeté la taxe sur les services numériques (DST).

La proposition du ministre de réintroduire le droit d'accise de 20 pc sur les paris a également été amendée, les députés le réduisant à 7,5 pc, écrit le journal. "Autant nous voulons lever des fonds pour financer notre budget, autant nous sommes soucieux de la situation des Kényans qui sont déjà en difficulté", a déclaré Gladys Wanga, présidente de la Commission des finances et de la planification nationale de l'Assemblée nationale, citée par le journal.

En Afrique du Sud, +The Citizen+ revient sur la troisième vague de la Covid-19 qui frappe le pays, soulignant que la province de Gauteng, qui englobe la capitale Pretoria et Johannebsurg, a été la plus durement affectée.

Le journal signale que le pire des scénarios a frappé Gauteng, avec 10.800 contaminations enregistrés sur une période de 24 heures, le plus grand nombre que la province ait connu depuis le 14 janvier dernier où 8.503 cas ont été recensés.

Le Premier ministre de Gauteng, David Makhura, a exprimé sa parfonde préoccupation par rapport à la situation que connait la province, notant que "la maison est en feu" et que la province pourrait manquer de lits en sept jours si des mesures drastiques ne sont pas prises.

Pour sa part, +BusinessTech+ indique que les experts provinciaux de la santé de Gauteng ont recommandé de renforcer les restrictions imposées dans la province face à la recrudescence des nouvelles contaminations.

Selon Bruce Mellado, membre du Comité consultatif du premier ministre de Gauteng, si la province continue de signaler une augmentation de plus de 10.000 cas quotidiens, il sera nécessaire d’adopter de nouvelles mesures de confinement.

Au Rwanda, +KT Press+ rapporte que le Centre biomédical du Rwanda (RBC) s'apprête à réduire les coûts des tests de dépistage du Covid-19 pour tous les particuliers, indiquant que cette mesure concerne principalement les tests rapides antigéniques.

Citant le directeur général de RBC, le Dr Sabin Nsanzimana, le journal écrit que cette initiative s’inscrit dans le cadre des efforts du gouvernement visant à freiner la propagation du Covid-19.

Outre cette mesure, qui permettra entre autre de hausser significativement le nombre des tests de dépistage du Covid-19 à travers le pays, les autorités sanitaires ont également lancé des campagnes de dépistage aléatoire et proactif ciblant notamment les automobilistes.

Sur un autre registre, le quotidien +The New Times+ écrit que le Forum consultatif national des formations politiques (NFPO), une organisation regroupant 11 partis politiques, a lancé un nouveau plan quinquennal visant à renforcer le rôle des femmes et des jeunes dans le processus de prise de décision au sein de leurs partis respectifs.

La publication, qui cite le Secrétaire Exécutif du NFPO Theoneste Gisagara, souligne que ce programme couvrant la période 2021-2026 s’assigne également pour objectif d’encourager les jeunes à participer au processus de démocratisation et de gouvernance du pays.

En Côte d'Ivoire, "Frat Mat" indique qu'une semaine après avoir reçu plus de 100.000 doses du vaccin américain Pfizer, grâce à l'OMS et l'Unicef dans le cadre du mécanisme Covax, c’était le mercredi au tour de la Chine d’apporter son appui à la Côte d’Ivoire dans la lutte contre la pandémie à coronavirus. Le géant asiatique a fait don de plus de 100.000 doses du vaccin "Sinopharm" au gouvernement ivoirien pour booster sa politique de riposte contre la Covid 19. Le stock a été réceptionné, mercredi en fin d’après-midi, à l'aéroport international Félix Houphouët-Boigny.

Sur un autre registre, "Abidjan Net" rapporte que condamné à perpétuité, mercredi, par la justice ivoirienne, l’ancien président de l’Assemblée nationale (PAN), Guillaume Soro, a exprimé sa volonté de défendre sa ligne politique. L'ancien PAN a également déploré les jugements prononcés contre ses compagnons, ses frères et certains membres de sa sécurité qui ont été condamnés à des peines respectivement à 17 mois et à 20 ans d’emprisonnement ferme et la dissolution de son mouvement politique "Générations et Peuples Solidaires" (GPS), estimant que cette décision de justice est "inique".

"Ces verdicts viennent renforcer ma conviction qu’il faut se battre courageusement et sans faiblesse", a-t-il affirmé, ajoutant qu’il ne doit pas renoncer pas à son combat politique. Au Gabon, +l'Union+ sous le titre : "Parlement : le président va parler", écrit que le président de la République, Ali Bongo Ondimba s’adressera en milieu de matinée aux chambres du Parlement réunies en congrès dans l’hémicycle restauré du Palais Léon-Mba de Libreville, notant que ce sera le second exercice du genre depuis son accession à la magistrature suprême.

D’après la publication, ce moment solennel qui intervient conformément à l’article 24 de la Constitution sera l’occasion d’un discours sur l’état de la nation et les perspectives qui s’offrent à elle.

Au volet sport, +Médias241+ indique qu’à un mois des prochains Jeux Olympiques, la liste des athlètes gabonais n’est toujours pas définitivement bouclée, notant que des incertitudes planent sur la participation de quatre athlètes, dans plusieurs disciplines dont principalement des sports de combats, à savoir le taekwondo, la boxe et le judo.

Selon le portail, ces sportifs gabonais pourraient bénéficier d’une wild card.